AMOUR, DÉLICES ET OGRE

de Claudie Gagnon

Pour les 4 ans et plus (tout public)

6 ans et plus (groupes scolaires)

Spectacle-installation sans paroles

«Avec vos enfants, vous allez pénétrer dans un univers parallèle et magique. Comme dans les contes, vous allez rencontrer des personnes farfelues et des objets déroutants, vous allez vous retrouver dans des situations des plus étranges. Dans la réalité, tout cela n’aurait aucun sens. Mais au Théâtre des Confettis, tout s’assemble comme dans les contes des frères Grimm.»

Braunschweiger Zeitung, Braunsweig, Allemagne

 

«L’aventure fut délectable! […] C’est chatoyant, dépaysant et savoureusement anarchique. Ça attente avec bonheur au happening

Jean Saint-Hilaire, Le Soleil, Québec

 

«On peut déjà dire qu’aucune autre pièce dans la programmation du Carrefour international de théâtre de Québec ne ressemblera à ces expériences qui cherchent toujours à aller plus loin. […] On passe de la surprise à l’émerveillement dans ce spectacle pour jeune public qui se moque des règles du genre. […] C’est sur cette petite scène qu’on assiste à la présentation de quelques tableaux vivants qui ne manquent pas d’étonner les spectateurs de tout âge.»

David Cantin, Le Devoir, Montréal

 

«Les coups de coeur? Pour moi, sans conteste […] Amour, délices et ogre, spectacle gourmand et ludique du Théâtre des Confettis, qui s’adresse à tous les sens : vue, ouïe, toucher, odorat et même goût!»

Marie Laliberté, Voir, Québec

 

«Pour ma part, je crois que je ne suis pas prêt d’oublier […] l’irrésistible sursaut d’enfance que m’a valu la traversée du spectacle-installation Amour, délices et ogre.»

Jean Saint-Hilaire, Le Soleil, Québec

 

«Suit un adorable spectacle sans paroles servi par Anne-Marie Olivier et Paul-Patrick Charbonneau, accompagnés de Frédéric Lebrasseur qui, au moyen d’une batterie de cuisine, crée en direct l’environnement sonore de chacun des quatre tableaux. Quatre histoires courtes, pas du tout politiquement correctes et fantastiquement ludiques.»

Sonia Sarfati, La Presse, Montréal

 

«Il est permis de toucher, de sentir, de goûter, de parler, enfin de faire tout ce qu’habituellement on ne peut pas faire au théâtre ou au musée. […] Une trentaine de spectateurs (trente-cinq) à la fois sont invités à pénétrer dans ces univers des plus délicieux. Ils en ressortiront rassasiés et comblés.»

Nicole Thibault, Lurelu, Montréal

 

«Ces fables sans mots, aussi bouffonnes qu’irrésistibles, sont bien sûr farcies de petits gâteaux, de fruits mûrs et de sucreries diverses· Peut-on imaginer une plus merveilleuse façon d’initier les enfants au théâtre!»

Michel Bélair, Le Devoir, Montréal

 

«Le spectacle-installation du Théâtre des Confettis, Amour, délices et ogre, est purement amusant, très original et invitant. Le premier sketch est dé-lec-ta-ble. Du début à la fin de l’aventure dans le gâteau, l’intrigue est maintenue par un environnement musical et sonore captivant et curieux. Un spectacle pas comme les autres.»

Édith Brideau, L’Acadie nouvelle, Caraquet

Conception, mise en scène et scénographie : Claudie Gagnon,
assistée de Christian Fontaine
Environnement sonore et musical : Frédéric Lebrasseur
Distribution à la création : Paul-Patrick Charbonneau, Frédéric Lebrasseur et Anne-Marie Olivier
Distribution en tournée : À confirmer

 

Afin d’obtenir un dossier de presse ou tout autre document sur cette production, écrivez-nous.

Deux à deux, ou à trois, le public entre dans l’immense pâtisserie et entreprend la traversée de six petites salles. À la fin du parcours, tous se retrouvent au cabaret. Trente-cinq personnes assistent à une représentation de tableaux vivants, saynètes sans paroles, mais combien éloquentes, interprétées sur scène par deux comédiens. Du haut de son perchoir, un musicien-bruiteur accompagne les tableaux.

La circulation entre les salles se fait de façon naturelle, sans guide.

Tout est à l’échelle des enfants. Les adultes qui ne désirent pas effectuer le parcours peuvent suivre du regard leurs enfants par les hublots prévus à cet effet. Au moment opportun, ils pourront, eux aussi, entrer au cabaret.

Dans la mesure où l’on peut disposer de l’aire de jeu et de la tranquillité nécessaires au bon déroulement du spectacle-installation, Amour, délices et ogre peut être offert dans n’importe quel grand espace (scène de théâtre, hall, salle d’exposition, etc.) En ce qui a trait aux lumières et au son, la compagnie est autonome.

Il est interdit de copier, modifier, reproduire ou utiliser cet enregistrement sans autorisation écrite.

AMOUR, DÉLICES ET OGRE

Une création du Théâtre des Confettis, en coproduction avec le Carrefour international de théâtre de Québec, spectacle créé au Musée de la civilisation (Québec), mai 2000.

Imaginez un piège tendu avec, pour toute malice, l’envie de faire plaisir. Trente-cinq personnes entrent dans ce qui aurait pu s’appeler Le Gâteau, un lieu plus qu’improbable où la gourmandise s’expose dans des jeux de proportions, de dur et de mou, de vrai et de faux. Un lacet de petites salles minutieusement habitées par la « chose alimentaire » mène à un mini-cabaret où une série de tableaux vivants attendent les visiteurs. Animés par différents personnages, ces tableaux évoquent de façon réjouissante l’appétit et le monde de l’enfance. Dans cette maison, car c’en est une, même l’environnement sonore et musical est de facture culinaire! Trois comédiens, dont un est aussi musicien-bruiteur, sont les hôtes de ce petit musée théâtralisé.

À la fois spectacle et installation, Amour, délices et ogre a été conçu et mis en scène par l’artiste de Québec Claudie Gagnon dont la démarche en arts visuels est très souvent empreinte de théâtralité (La chèvre et le chou, Petits miracles misérables et merveilleux, Tranche de vie sur corde à linge, etc.).

«Archéologue de la vie quotidienne», Claudie Gagnon manipule et trafique les choses qui ont déjà une vie pour leur en donner une seconde, singulièrement inattendue. Ses expositions, comme ses tableaux vivants inspirés de la peinture classique ou romantique, sont à la fois poétiques, souvent humoristiques et festifs.